Coupe et détail sur une architrave

Détail sur les trirantsArchitrave après démolition préventive

Préfecture de Corse-du-Sud, Ajaccio

Réfection des architraves du palais Lantivy (2008)

Patrimoine protégé au titre des monuments historiques (ISMH).

Dans l’architecture antique, les architraves sont constituées de blocs monolithes en pierre, ou de plates-bandes en briques minces recouvertes d’enduits (cf. villa Adriana à Tivoli) et l’on trouve à l’époque classique des pierres appareillées. Dans une région où la pierre de taille est rare, le recourt à la brique est indispensable.

Au palais Lantivy, construit entre 1826 et 1830 sous la direction de l'architecte Alphonse de Gisors, le principe constructif est astucieux mais ambitieux : les architraves sont des coffres maçonnés sans rôle porteur, masquant des arcs tendus.

De grands carreaux de terre cuite forment ce coffrage : la partie horizontale est constituée d’une double épaisseur de carreaux, les parements latéraux, d’une seule épaisseur.

Des tirants relient les sommiers des arcs.

Lors de la construction, les tirants avaient un rôle de contreventement jusqu’à la construction des arcs ; en tout état de cause, ils ont perdus leur fonction avec le tassement des maçonneries. Le chaînage semble désormais passif au regard des fers dilatés.

Ces barres de fer ont une seconde fonction : elles servent en partie à soutenir les platebandes en briques.

Le concepteur de ce système n’avait pas prévu le fléchissement des barres de fer puisque celui-ci provoque des mouvements sur les briques verticales qui soutiennent en partie les plates-bandes.

Préparation du coffrage

Le plâtre utilisé comme liant a vieilli et le poids du coffrage quasi autoportant sont des facteurs ayant provoqué des fragilités  de ces structures.

La chute de certains éléments pouvant être les prémices de chutes successives, il a été décidé de privilégier la sécurité par la réfection de chacune de ces architraves.

Les travaux consistaient à réaliser une dalle mince sur coffrage, en béton armé puis des parements latéraux en béton cellulaire enduits. Les triglyphes ont été reconstitués en plâtre et chaux aérienne, après moulage.

Dalle coulée

Parois latérales en béton léger

Enduisage en cours

Architraves et décor de triglyphe reconstitués

Architecture | Patrimoine